Archives de catégorie : CORSE

Le bêtisier & Bivouac

Je te propose une balade en photos des moments de rigolade pour conclure notre voyage en Corse.

Cela restera pour nous un excellent voyage avec plein de souvenirs et des belles photos.

Wapi a un gros coup de cœur et te conseil vivement de prendre ton sac à dos et parcourir l’île de beauté.

Le Bêtisier PVO- Corse 2016

 


 

 

 

 

Définition du SIF : Sillon Inter Fessier 😛

 

Mais le meilleur est !!!

Et après une petite boisson ?

Trop’etite, yapa plus gros Hic …

Qui dit qu’il y a du monde au mois d’août ?

 

Apres cette  nuit le réveille est un peu difficile

Vous avez bien sur reconnu la chanson

de Jean Jacques Goldman

Le golfe de Valinco

Le look non? moi j’aime bien mon bandana Corse. Il faut maintenant que je trouve une « Vandetta » (couteau traditionnel  Corse)à ma taille et je serais un véritable Corsicanostra …

 

Maintenant je te propose une petite balade en images du golfe de Valinco au sud-ouest de l’île.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Bleu, que du bleu et oui c’et bien l’île de Beauté.

Clic sur ma frimousse pour revenir au choix.

Filitosa

Site préhistorique de Filitosa

Thèmes:  Site archéologique Mégalithe
Catégories: Monument historique classé inscrit (CNMHS)
Coordonnées : SITE DE FILITOSA Station préhistoire de Filitosa 20140  Sollacaro 
Période d'ouverture: Du 01/04/2016 au 31/10/2016  de 09:00:00 à 19:30:00  
Contacts
+33 (0)4 95 74 00 91  
 www.filitosa.fr

8000 ans que Filitosa garde jalousement ses statues-menhirs, ses monuments circulaires (les « Torre ») et ses mystères…

Véritable musée à ciel ouvert, Filitosa conserve les traces d’une très longue occupation, s’étalant du VIème millénaire avant notre ère jusqu’à l’occupation romaine.


Ce site exceptionnel situé au cœur d’un espace naturel remarquable a été découvert en 1946 par Charles-Antoine Cesari et fouillé 20 ans durant, par l’archéologue et chercheur au CNRS, Roger Grosjean.

Au IIème millénaire av. J.C, les tailleurs de pierre et les sculpteurs mégalithiques feront de Filitosa le plus grand centre de l’art statuaire corse, le plus prodigieux de méditerranée. 

Ses statues menhirs constituent l’une des manifestations les plus spectaculaires et les plus abouties du mégalithisme en Méditerranée.

Visiter avec nous le site  …

Un petit conseil, prend de bonne chaussure et une petite bouteille d’eau car le site s’étant à perte de vue et si le soleil est de la partie la température grimpe autant que les petites collines où se trouve les tumulus.

Avec la hausse de la fréquentation touristique, et pour protéger le site, des aménagements sont faits chaque année. Des balises sont installées,  des bornes en plusieurs langues jalonnent le parcours.


 

L'une des curiosités du site se trouve dans la plaine sous et autour d'un arbre centenaire .les statues imposante semblent faire une cercle autour de l'arbre comme un conseil indien.
 Bien des interrogations subsistent sur la signification à donner à ces menhirs et statues-menhirs.sont-ils des symboles phalliques élevés par les paysans, dans l’espoir qu’ils fertilisent la terre ? S’agissait-il de marqueurs d’espaces à l’époque où l’homme lutte pour garder un territoire ? Ou s’agissait-il de monuments commémoratifs à l’effigie d’un guerrier ou d’un personnage distinctif ? L’énigme demeure

 

Sous les tumulus un vrai village avec ses habitations , des chambres des réserves à nourriture.


Et  Wapi laisse donc les guerriers de pierre , il est temps de regagner le 4X4 pour trouver le bivouac de ce soir . Retour  par la pleine pour quelques dernières photos que nous vous laissons découvrir.

Petit clin d’oeuil à la sortie du site, là aussi un autre monde 🙄

Si tu veux d’autres informations : http://www.filitosa.fr/

Les calanques de Piana


Majestueux


Grandioses


Somptueux

 😎 Golfe de Porto

Les calanques de PIANA

Au départ de Sagone, Cargèse ou porto, venez decouvrir le formidable paysage des calanches de piana et du Capo Rosso.

S’il est un lieu qu’il faut impérativement découvrir en Corse, ce sont les calanques de Piana (ou calanche di Piana en langue Corse). On s’émerveille d’un paysage hors du commun. Inscrites au patrimoine Mondial de l’Unesco, ces calanques se situent entre Calvi et Ajaccio .

Les Calanches de Piana sont une formation géologique de porphyre rouge d’origine volcanique à roches magmatiques. Elles sont composées de remarquables rochers de granit rose, percés de différentes cavités époustouflantes (Taffoni), dues à l’action des variations de température et de l’humidité couplées aux embruns de la mer Méditerranée, aux vents forts et au ravinement des eaux de pluie.

Les eaux turquoise et les grottes qui bordent la côte ne laissent aucun de ses visiteurs indifférents. Le bleu intense de la mer, la lumière baignant la côte et des rochers immenses à la couleur rouge-orangé…

Les calanques de Piana se découvrent de plusieurs manières bien différentes. Les plus traditionnelles choisiront un simple passage en voiture à travers la départementale D81 qui relie Piana à Porto. Les plus sportifs s’équiperont de leur sac à dos et de leurs chaussures de randonnée pour se balader sur les sentiers traversant aménagés. Et les plus inconscients feront comme Wapi en bouée … 🙂 🙂  Au détour d’un chemin, peut-être tomberez-vous sur un rocher en forme de tête de chien, un cœur, un éléphant, le tout dépend aussi un peu de votre imagination. Un petit diaporama ci dessous pour vous donner un petit aperçu coté routier.

Attention le long de la route vous pouvez trouver du covoiturage à prendre si toutefois vous arrivez à les faire entrer dans le véhicule …

 

Wapi à très envie de se tremper les pattes et  de regarder les fonds marins mais les gros rouleaux semblent l’en dissuader.

Connaissez-vous la légende des Calanques de Piana ?

La légende fait froid dans le dos. C’est le Diable en personne qui aurait façonné les calanques de Piana ! Pourquoi ? Pour punir une bergère qui se refusait à lui. Il l’aurait transformée en statue pour qu’elle n’appartienne jamais à un autre homme que lui. On raconte aussi que le Diable (eh oui toujours lui), contrarié par le refus de la jeune fille, aurait mis rageusement le feu aux rochers. Ce qui explique la couleur incendiaire de la roche.


Voila un petit aperçu, nous espérons vous avoir donné envie de vous rendre aux calanques de Piana.

En savoir plus :http://www.corseadrenaline.fr/sites-touristiques-en-corse/calanques-de-piana.html

ou   http://www.vacances-corses.com/2011/01/10/calanques-de-piana/


 

 

 

La montagne

 

Première étape de montagne

Corto Morello – Bocca di Vezzu – Asco

Petite étape de montagne pour regagner le désert des Agriates. Le plus haut des pics culmine à 842 m. Une petite mise en jambe avant nos deux étapes de haute montagne. Sur les hauteurs de la Balagne intérieure, voici la région des villages médiévaux accrochés à des éperons rocheux comme des nids d’aigle.

La roche se prête à l’escalade et en été de nombreux groupes partent à l’ascension des différents pics rocheux. 


Deuxième étape de montagne

Ponte Castirla- Calacuccia 

 Col de Vergio – Gorges de Spelunca 

En route vers le col de Vergio, il faut d’abord traverser la geande forêt d’Aitone.

En plein été c’est agréablement frais dans la forêt de pins de Laricio. En chemin vous ferez peut être la rencontre de cochon sauvage ou d’élevage au détour d’un virage et en plein milieu de la route, il faut être très prudent dans le secteur. 

Après la forêt, la route grimpe de plus en plus fort pour atteindre les 1478 m du col de Vergio .

 

Le temps n’est pas de la partie, mais le décors reste majestueux


 

 

 

 

La route finie sur un plateau d’où une vierge blanche domine la cime des derniers sapins. Vaste plateau de pierre battu par le vent, une vue imprenable sur tous les sommets environnants.

Les derniers villages accrochés à la montagne disparaissent peu à peu pour faire place a l’horizon au bleu azure qui annonce les calanques de Piana.

 


 

 

 

 


Troisième étape de montagne

Barrage d’Ospedale- Zonza 

 Col de Bavella – Solenzara 

Décidément la montagne ne nous réussi pas au niveau du temps, aujourd’hui c’est le déluge et Wapi n’a pas de botte en caoutchouc, ma devise : » Seatting » rester au sec dans le 4X4…

Un petit arrêt photos, le rochet semble ne tenir qu’à un fil …

Mieux vaut ne pas être dessous lorsqu’il vat se décider à bouger.

La route jusqu’à Zonza

On passe d’abord le long d’un lac artificiel, niché au creux d’une montagne, dans un décor lunaire (l’été surtout, où, quasiment à sec, le lac fait place à une cuvette hérissée d’une multitude de souches d’arbres, spectacle insolite).

En poursuivant la route, on aperçoit ces fameux rochers suspendus, en équilibre sur de petites collines .

 


 

 

 

 

La route se poursuit dans un chaos de roches jusqu’à la forêt de Zonza. Parait ‘il la plus grande forêt communale d’Europe.

 

Le col et les aiguilles de BAVELLA

A 9km au nord de Zonza, la grande attraction de l’Alta Rocca. Malgré l’incendie qui ravagea la forêt en 1960 (on a reboisé depuis), le coin à gardé tout son magnétisme. Les fameuses aiguilles y sont pour quelque chose, évidemment. Imaginez de mystérieuses silhouettes effilées dressées dans le ciel …

Le temps semble s’éclaircir et il est temps de redescendre en bord de mer vers Solenzara .

 

Retour

 

Le désert des Agriates

 

 Pour atteindre les calanques des Agriates le chemin est réservé aus 4X4 . Il faut presque 1heure de piste défoncée pour arrivée sur les premières plages de rêves.

Mais avant tout une petite halte pour se restaurer au milieu des eucalyptus.

Située entre la Balagne et le Cap Corse, sur la côte nord-ouest, le désert des Agriates est une microrégion qui n’a de désertique que le nom ! Planté d’une végétation méditerranéenne que l’on trouve traditionnellement dans le maquis, comme les chênes verts, les oliviers ou encore les bruyères et les myrtes.


Pour atteindre les plages ,la piste se durcie et seul les 4X4 et SUV peuvent continuer.

La piste serpente au milieu de la végétation aride.

 

Paysage du désert des Agriates autour de Ghignu

Le Conservatoire du Littoral a acquis 5500 hectares de côtes qui forment le site naturel des Agriates. Ainsi protégé (après des projets de marina autour de Ghignu), il accueille de nombreuses espèces d’oiseaux et de papillons et des plantes rares. Des criques secrètes aux anses sauvages, il y en a pour tous les goûts de baigneurs, y compris ceux à la recherche de plages plus « traditionnelles » mais non moins belles

De temps en temps il n’est pas rare de trouver sur son passage quelques vaches à la recherche de nourriture.

 

D’autre profite des joies d’une eau limpide et chaude pour se balader le long du littoral.

 

 

40 kilomètres de côtes partagés entre caps et plages de sable fin mais aussi collines dont le point culminant est le Monte Genova et de marais.
En savoir plus sur:
http://www.plages.tv/guide-touristique/les-plages-dans-le-desert-des-agriates-en-corse-85#cdsRGIIG0A5OCfUZ.99

 

La partie marais est tout aussi intéressante, une multitude d’espèces d’oiseaux fréquente les berges.

Voila il est temps de regagner l’asphalte après avoir été secoué comme un pruneau durant des kilomètres, mais nous ne regrettons pas le détour.

Un gîte dans les AGRIATES

Les refuges de Ghignu sont d’anciens paillers restaurés et aménagés pour recevoir 4 à 6 couchages.

Les matelas ne sont pas fournis et les pagliaghji ne sont pas équipés de coin cuisine ni  d’eau. Les sanitaires sont collectifs et l’eau est non potable. Si malgré tout cela vous êtes toujours tenté par l’expérience alors se sera pour vous un retour aux sources assuré. Attention un étrange Bergé hante ces lieux … 
Les refuges sont ouverts à partir du 1er Mai jusqu’au 15 Octobre.

L‘humain a laissé quelques traces dans se désert . Pour se loger, les agriculteurs et éleveurs avaient construit des pagliaghji en Corse (en français paillers). Un pagliaghju est une cabane en pierre sèche, au toit arrondi ou en terrasse, qui servait d’habitation, de bergerie ou d’entrepôt pour le blé etc.. Ces abris contiennent une pièce unique fermée par une seule porte.


Humm, cela ne serait il pas notre Bergé fantôme !!!