Archives de catégorie : CUBA

SOROA-Orquideario

Jardin Botanique, superbe ! Orchidées , fleurs de toutes sortes , plus de mille espèces de plantes ….Idéal pour les amateurs de photos . C`est tout simplement un ravissement pour l`oeil !Ce jardin botanique (le plus beau de l’île) fondé en 1943 par un avocat originaire des   îles   Canaries,   tomas   Felipe   Camacho,   abrite   désormais   un   centre   de recherches botaniques.


Dans un cadre de forêt  tropicale, un petit restaurant nous tend les bras avant la découverte du parc floral .

 

Voilà maintenant que le ventre est plein, direction l’entrée du parc.


Epousant le relief rocailleux de la loma d’El Fuerte, il rassemble 6 000 espèces   de   plantes   tropicales,   des   ficus géants et des caroubiers cubains aux eucalyptus australiens, en passant par l’étonnant « arbre caméléon », endémique, qui se confond avec la roche.

On vient ici surtout pour admirer   la   plus   belle   collection   d’orchidées   du   pays :   10 000 fleurs représentant plus de 800 espèces (90 sont endémiques), dont 70 % d’épiphytes (poussant sur les arbres). Outre la blanche mariposa, fleur nationale, on retiendra la « chaussure de la reine », ou ces orchidées aux parfums de chocolat, de vanille ou encore de cannelle.

Continuons notre ascension au  cœur du parc

 

La meilleure saison pour les observer en fleur va de décembre à mars. Avis aux connaisseurs.

Le parc est aussi un lieu privilégié pour l’observation des oiseaux et des lézards, mais il faut bien ouvrir les yeux pour les dénicher.

Encore une curiosité des pays tropicaux, « La Fraise », cette plante fait vraiment penser à ce fruit .

Bon après avoir visiter tout le parc, mes pattes sont en feu, Un petit repos sera le bienvenue et pourquoi pas une petite sieste au creux d’une petite feuille …

Aller suite du voyage .. clic sur mon sac a dos.

 

Le domaine de Robaina

Visitez la Plantation de Tabac des Vega Robaina, la célèbre marque de cigares cubains, à Pinar del Río.

Bien que la célèbre marque de cigares Vega Robaina n’ait pas apparu jusqu’en 1997, on y cultive du tabac d’une grande qualité depuis 1845.

Alejandro Robaina était le seul Cubain dont la marque de tabac portait son nom. Lors de sa mort en 2010, un important chapitre de l’histoire du tabac de l’île de Cuba s’est fermé.

Pour y arriver, il faut prendre la route centrale qui part vers le sud-ouest de Pinar del Río. Après 18 km, vous devez tourner à gauche pour continuer tout droit pendant 4 km ; puis, tournez à gauche une autre fois et suivez le chemin irrégulier qui mène à la plantation.La famille Robaina – qui s’est spécialisée dans la culture de feuilles de capes sous tapados – obtient des résultats uniques.

Plus de 70% de sa production sont agréés pour l’exportation, alors que la plupart des fincas dépassent rarement les 20-30 %. A lui tout seul, Don Alejandro « habille » plus d’un million de havanes!

Pénétrons dans l’une des serres de la plantation. Les plans de tabac à l’abris des rayon du soleil grimpent le long des fils . Les meilleurs feuilles situées sur la pointe du plan vont à la fabrication des meilleurs cigares et aux marques les plus connues  comme COHIBA, MONTECRISTO  etc.

La famille Robaina – qui s’est spécialisée

Passons maintenant a la dégustation. Passons maintenant à la dégustation. Sur toute la production, l’État prélève près de 70% de la production. Les producteurs de tabac ne sont donc pas forcément de riche propriétaire et leurs personnels payés en conséquence, Wapi laissera sa paire de lunette solaire pour le bébé de l’un des ouvriers.

 

 

 

 

Ils ont l’autorisation pour vendre aux visiteurs quelques cigares mais attention ce n’est pas du haut de gamme et après quelques bouffées le sol semble se dérober sous vos pieds …

Emplacement: Vuelta de Abajo, Pinar del Río, Cuba.

Prix de l’entrée: 5 CUC (4,40 €).

Horaire: Du lundi au samedi de 10:00 à 17:00.

Téléphone:(+53) 79 74 70.

Les environs de Pinar Del Rio

Capitale de la province du même nom, Pinar del Rio n’a, de prime abord, rien pour retenir les touristes. C’est une grosse ville sans charme particulier dont les seuls édifices dignes d’intérêt se groupent le long de son avenue principale. C’est pourtant l’occasion de se frotter au quotidien des Cubains, loin des concentrations touristiques.

On peut y passer une journée très agréable qui se terminera joyeusement si vous y restez le samedi soir. En fin de semaine, les rues du centre sont envahies par les jeunes – qui déambulent au rythme des orchestres improvisés.

 

Que doit-on visiter absolument aux alentours

Clic sur ton choix,

ou bien retourne à la découverte du circuit de Cuba

Maria la Gorda

 

Une des destinations les plus reculées   de Cuba. Superbe plongées, couchers de soleil somptueux sur une plage de sable clair bordée de palmier, longue de 8 km, excursions écologiques dans la magnifique réserve de biosphère de la Peninsulande Guanahacabibes voisine.


 

 

 

Ici, pas d’animation touristique : seulement le soleil, le sable et la mer. Idéal pour quelques jours de farniente. Cette presqu’île fur jadis l’une des bases privilégiées des flibustiers. Sachez que son nom de « Maria la grosse » évoque le souvenir d’une jeune fille enlevée au Venezuela par les pirates au XIXe siècle. Abandonnée sur cette côte, elle finit par ouvrir une maison close, fort appréciée, dit-on, des gentilshommes de passage.

 

 

 

Il faut du courage pour arrivée à Maria la Gorda, les 150 derniers kilomètres sont une véritable galère pour le conducteur mais aussi pour la voiture, la route complètement défoncée nécessite une vigilance de tous les instants, mais quel plaisir lorsque la petite route débouche sur une mer turquoise et des plages au sable aussi blanc qu’un caché d’Aspirine.

Le bout du monde … ne chercher pas, une pompe à essence, un restaurant, des magasins de souvenirs, un loueur de voiture, bateau ou planche à voile, ni même un distributeur de billets, rien seulement au bout de la route une barrière et derrière la nature, le sable, le soleil, la plongée et la balade à pied dans la réserve naturelle. Nous arrivons  devant cette barrière, après un semblant de club Med mais les lieux sont très spartiate.

 

 

 


 

 

Bienvenue à

 

 

 

 

Dans un premier temps nous allons poser nos valises dans notre chambre , qui je l’avoue, possède une magnifique vue imprenable sur la mer, un petit ré-de jardin ou plutôt un ré de sable car il se trouve à seulement quelques mètres. 

 

 

 

 

 

 

 

Aller plus vite le déballage, je voudrais bien piquer une petite bulle .

 

 

Et voila, une petite ronflette pendant qu’ils vont faire quelques courses.


A défaut de grande surface, il y a une très petite superette sans rien, sauf un petit miracle, se soir fini les Mojitos,  place à une tradition du sud de la France …

Comme on l’a dit, dans le club il ni à rien à faire sauf du farniente sur la plage ou de la plongée en louant une combinaison et des bouteilles. 

Personne n’a de crème solaire ?

J’ai le poil qui blanchit et le museau qui rougit.

 

Spot de plongée.

Les fonds marins sont vraiment superbes : coraux multicolores, éponges, gorgones, langouste, araignées de mer, congres, barracudas et des milliers de poissons coraliens, tous plus chatoyants les uns que les autres ; de petits requins montrent à l’occasion le bout de leur aileron. Les plus chevronnés exploreront les tombants, impressionnants, et les grottes sous-marines des environs.

A quelques mètre à peine du bord, vous pourrez admirer barracuda, poissons coralliens, gorgones évoluant autour de petits récifs de corail, par 2 à 4 m de fond.

Il est tard, et demain nous avons une longue journée de balade, alors un petit repas et hop au lit.


Aux alentours

RESERVE DE LA PENINSULE DE GUANAHACABIBES

La réserve de biosphère de la Peninsula de Guanahacabibes est d’un très grand intérêt écologique. Pratiquement intacte, elle rassemble une grande diversité de milieux, des immenses pinèdes du sud aux mangroves impénétrables du littoral septentrional en passant par les étangs et la forêt tropicale. Sa faune et sa flore sont particulièrement riches, avec plusieurs espèces endémiques. C’est la plus vaste réserve forestière de Cuba. Cette plaine,

 

 

 

 

dont le sol porte l’empreinte de la mer qui la recouvrait jadis, est par ailleurs criblée d’une infinité de grottes.

Le circuit Del Bosque al Mar(« de la forêt à la mer »), un itinéraire court (1h30) et de niveau facile, offre un aperçu des différentes richesses de la réserve :

L’une des curiosités insolites est la multitude de Crabes rouge qui après avoir passées l’après midi a l’ombre des forêts, regagnent la mer en traversant la route au risque de périr sous les roues des rares voitures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

A voir cette pince on peut imaginer la taille des plus gros …

Coté oiseaux nous passons du plus petit, un colibri de seulement quelques centimètres très dur à approcher, il faudra un peu de patience pour que notre guide le débusque sur le haut d’une branche et il faudra aussi zoomer a fond pour le découvrir dans l’œilleton de nos viseurs,

 

 

en passant par de magnifiques rapaces juchés sur la cime d’un arbre dénudé suite à un énorme incendie il y a quelques années.


Le parcours nous réserve encore beaucoup de surprises animalières …

 

 

 

 

 

dés fois pas banale, ici une termitière géante …


 

 

 

 

 

 

voir même inquiétante, des crocodiles se prélassent au soleil dans la lagune voisine, baignade interdite sous peine de poursuite …  😆

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin voila du plus soft pour finir notre petit séjour à Maria la Gorda,

CABO DE SAN ANTONIO

Cette excursion traverse toute la péninsule jusqu’au phare du Cabo de San Antonio, le Faro Roncali, un édifice de 28 m de hauteur érigé en 1849. La visite, qui s’effectue avec votre véhicule, comporte des arrêts réguliers pour vous permettre de découvrir à pied la faune (nombreux oiseaux) et la flore (orchidées, arbres tropicaux), des piscines naturelles bondées de poissons coralliens, de superbes plages de sable blanc abritées où l’on peut plonger en apnée. Toute l’année, vous croiserez de grands iguanes se dorant au soleil sur le bas-côté et, avec de la chance, de mammifères, notamment les jutias, animaux   nocturnes très discrets. Environ 120 Km A/R prévoir 5 h de trajet, en principe réalisable avec un véhicule conventionnel, même si les 12 derniers kilomètres de piste sont en mauvais état. Voilà un peu de rêve.



Vinales

 

 

Direction VINALES 

plus précisément  les mogotes du Valle de Vinales, mais avant la route nous réserve quelques surprises et pour commencer par l’autoroute Est-Ouest, en dehors des nombreux trous de la chaussée on trouve toutes sortes de véhicules à deux , trois ou quatre roues circulant plus ou moins vite et pas forcément dans le bon sens de la circulation .

.

Même en dehors de la Havane le temps semble s’être arrêté dans les années 50. Pour rejoindre le parc naturel de Vinales la route

longe un bon moment la côte nord-ouest de l’île, l’occasion en utilisant les petites routes de se plonger dans le vrai Cuba Road-Way. Une féerie de petites maisons aux  couleurs éclatantes.

Bon, il est midi et j’ai un peu les crocs… Voici un Paladar le long d’une petite route. Un Paladar est le nom donné aux restaurants privés , c’est là en général que l’on trouve la meilleure cuisine ou du moins la plus typique .

Humm, ça sent bon la langouste grillée, ici pour l’équivalent d’une dizaine d’Euros nous aurons une assiette pleine de ce crustacé délicieux.


 

 

 

La ventre bien rempli nous reprenons la route pour la dernière partie afin d’atteindre notre destination en fin de soirée.

Le décors change peu à peu , la terre devient de plus en plus rouge à l’approche de Vinales.


Parc naturel de Vinales  (les Mongotes)

La Vallée des Vinäles …. Paysages splendides à vous couper le   souffle ! Orangers, bougainvilliers, plantation de canne à sucre. Ici dit-on, d`après les paysans, que c`est la meilleure culture de tabac qui existe à Cuba ….

 

 

 

Pour l’instant nous sommes arrivée relativement tard et le plan pour trouver notre « Casa Particular » n’est pas très précis, de plus Vinales est un village très touristique et les « Casa Particular » ne manquent pas, mais Wapi a du flaire et c’est dans une toute petite ruelle en terre battue que nous arrivons chez Omar et Mailidy.


 

 


 

 

 

Un peu de repos mérité avant la journée de demain qui va mettre à rude épreuve notre fessier et nos adducteurs.

Un vrai coup de cœur pour ce village blotti au creux d’un paysage montagneux d’une beauté à couper le souffle. Vinales reste, malgré le récent et conséquent développement touristique de la région, le parfait représentant de la campagne cubaine profonde, avec ses habitants de guajiros, paysans au visage buriné, machette à la ceinture et chapeau tressé sur la tête, travaillant dur et vivant au rythme des saisons et des récoltes.

Le soir de nombreux restaurants vous accueillent au rythme de la musique Cubaine, de préférence choisissez une terrasse pour profiter de la fraicheur de la fin de journée.


Le Parc et les Mogotes

L’étrange relief de Vinales est le fruit d’une lente érosion. Les massifs calcaires de la Sierra de los Organos sont les plus anciens de l’île, les premiers à avoir émergé des flots il y a des millions d’années, au jurassique. L’eau creusa peu à peu des grottes immenses dans le soubassement calcaire plus friable. En s’effondrant, ces grottes donnèrent naissance à des buttes aux formes étranges, composées de calcaire plus solide : les mogotes.

 

 

 

Ces promontoires arrondis culminant de 140 m à 400 m et couverts d’une végétation luxuriante encadrent de petits vallons dont la terre rouge et fertile est propice à la culture.

J’ai dis au début que nous aurions mal aux fesses et bien nous y voila…

La meilleure façon de découvrir les richesses du parc , c’est le cheval. Alors en scelle pour une journée de balade, ça vat être dur mais pas que pour nous, pour les montures aussi car nous sommes de piètres cavaliers…

Le Parc naturel propose des panneaux explicatifs (en espagnol et anglais) sur les particularités naturelles et ethnologiques de la région ainsi que sur les projets de conservation de ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

 

 

Rencontre avec les paysans. Certains vous apprendront comment se fait la récolte du tabac, de la canne à sucre, même certains d`entre eux vous inviteront à les accompagner aux champs, Ils vous expliqueront aussi comment ils procèdent pour labourer leurs champs et aussi comment vit un cubain de son agriculture, et de son élevage….

Un petit cours sur la fabrication du cigare Cubain ? Monté Cristo, Cohiba, Partagas. Plus les feuilles sont prisent prés du soleil au sommet de la plante, plus le cigare sera très fort en gout et très prisé comme les Cohibas.

  • Etalage des feuilles
    Etalage des feuilles
  • Séchage du tabac
    Séchage du tabac
  • Choix des feuilles
    Choix des feuilles
  • Préparation des feuilles
    Préparation des feuilles
  • Le roulage
    Le roulage
  • Le collage final
    Le collage final
  • La dégustation
    La dégustation

La région des mogotes étant classée Parc naturel, il est interdit  et dangereux en raison de la configuration du terrain  de s’y promener seul. Même si de nombreux guides plus ou moins improvisés offrent leurs services, il est de loin préférable (et pour un même prix) d’avoir recours à un guide habilité. Dans tous les cas le plaisir des yeux est au rendez vous.

 

 

 

 

 


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Havane

 

Avant de se poser sur l’aéroport de  la Havane, 9 heures d’avion nous attendent pour traverser les 7000 Kms d’océan.

Nous voilà reparti en ce mois d’avril pour une destination bien exotique. Pour mon compte je suis accroché sur le dos en attendant le passage de la douane. Beurk j’aime pas les radios ….

Y’a plus que moi de réveillé, et bien le trajet va être très long …

 

En attendant je vais diner, mais c’est pas trop apétissant, Hé mademoiselle l’hôtesse vous n’auriez pas un pot de miel, quelques baies sauvages  et du saumon ?

Ce petit encas fini, qui a t’il à la TV ?

Peut être un documentaire animalier pour Wapi ? ou le livre de la jungle ? Voyons où est la zapette afin de s’occuper, en espérant qu’ils ne ronfleront pas trop pour que je puisse entendre les rugissements de la jungle …

 


Une capitale déroutante

La Havane, une ville où le temps s’est arrêté. La capitale cubaine captivera votre imagination comme nulle autre ville sur Terre. Dans un décor aux couleurs irrésistibles, l’architecture coloniale espagnole de la vieille ville contraste avec la grandeur déchue des autres quartiers.

 

Ne coupons pas à la règle, le plaisir d’une vielle Américaine cheveux au vent pour parcourir quelques Km qui nous séparent du  cœur historique de la ville. Ici pas trop de règle de conduite, Wapi peut prendre le volant …

Attention ! qui dit décapotable, dit attention au vent, le chapeau est de rigueur sinon voilà ce qui peut arriver …

 

Fondée vers 1519 sur la côte nord-ouest de Cuba, la vieille ville de La Havane a su garder une remarquable unité de caractère grâce à sa fidélité à son plan urbain d’origine.

partez à la découverte de La Habana Vieja et de la cathédrale de San Cristóbal, faites un tour dans les bazars en plein air, et enfin, passez la soirée à écouter de la salsa et la nuit à faire la fête ! 

 Fondée vers 1519 sur la côte nord-ouest de Cuba, la vieille ville de La Havane a su garder une remarquable unité de caractère grâce à sa fidélité à son plan urbain d’origine. Des places urbaines entourées de nombreux bâtiments d’une exceptionnelle valeur architecturale et des rues étroites où des styles plus populaires ou traditionnels se côtoient composent le centre historique de la ville.

La vieille ville de La Havane, dont les limites correspondent à l’étendue des ses anciennes fortifications urbaines, a conservé le modèle de son cadre urbain d’origine avec ses cinq grandes places, chacune ayant son propre caractère architectural : la Plaza de Armas, la Plaza Vieja, la Plaza de San Francisco,

La Place de la Cathédrale… L`une des plus belles places de la ville.

La Cathédrale San Cristobal de la Habana.

Couvent et église de St- François d`Assises.

La Place d`Armes avec ses magnifiques palmiers royaux.

Le Castillo de la Real Fuerza… La plus ancienne forteresse coloniale.Sa tour est surmontée d`une superbe girouette …c`est impressionnant à voir.

Place de la Revolution…José Marti..

Cette place est une ville partagée entre le passé et l`avenir . Les rues du vieux centre historique bordées de vieilles maisons, ont su garder leurs histoires et leurs coutumes.

Le souvenir que j’ai de cette ville est aux antipodes de l’ambiance reposante des plages cubaines. La Havane est une ville coloniale qui grouille de monde et de choses à voir. La vieille ville a un charme sans précédent qui est rehaussé par la présence des vieilles voitures américaines qui parcourent ses rues.

La Havane se découvre surtout aux détours de ses rues. Pour saisir son essence, il faut la parcourir et laisser ses sens s’imprégner de l’ambiance particulière qui y règne et de tout ce qu’elle a à offrir à quiconque pose son regard sur elle. Les maisons aux multiples couleurs sont enduites d’une saleté qui leur donne des allures d’après guerre. Mais cet aspect de délabrement lui donne un certain charme .